Gestion Opérationnelle des Risques de Collision

La gestion opérationnelle des risques de collision consiste en la détection des rapprochements dangereux entre deux objets spatiaux (cf. Figure 1), pour ensuite analyser d’un point de vue statistique la probabilité que ces derniers entrent en collision.

Un rapprochement est jugé dangereux si la distance relative est inférieure à un certain seuil.

 

  Figure 1

Détection d'un rapprochement dangereux entre deux objets spatiaux (schéma explicatif)

Compte tenu, d’une part, que les orbites évoluent sous l’action gravitationnelle de la Lune et du Soleil, mais aussi sous l’influence du flux solaire et du frottement atmosphérique (qui dépend lui-même de la géométrie, de l’attitude de l’objet, mais aussi de l’activité solaire qui fait varier la densité de l’atmosphère résiduelle à haute altitude), et d’autre part que les observations utilisés pour le calcul des orbites des objets spatiaux, sont-elles mêmes entachés d’erreur. La connaissance de la position orbitale d’un objet spatial, à une date donnée, devra être donnée avec une incertitude associée. 

Cette incertitude sur la position et vitesse des objets spatiaux en orbite, doit être correctement modélisée afin de pouvoir réaliser une gestion opérationnelle des risques de collision entre deux objets spatiaux en reduisant le nombre de cas pour lesquels une manœuvre sera décidée.

 

Figure 2

Calcul de la probabilité de collision entre deux objets spatiaux, avec une modélisation Gaussienne des erreurs d’orbite

(schéma explicatif)